Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain. Hommage à Jean Copans.

Vient de paraitre chez Ibidem :

Jean-Bernard Ouedraogo, Benoit Hazard, Abel Kouvouama. Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain. Hommage à Jean Copans. Ibidem-Verlag, 2021.

Les écrits réunis dans cet ouvrage visent à scruter l’oeuvre de Jean Copans dans une histoire du temps présent (sans présentisme aucun), à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. Auteur, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue reconnu, collaborateur, lecteur et contributeur dans la vie des revues (L’Homme, Cahiers d’études africaines, Politique africaine, Current Anthropology), chercheur français présent sur les lignes de fronts du dialogue avec l’anthropologie nord-américaine, la contribution scientifique de Jean Copans, élève de Georges Balandier et disciple intellectuel de Paul Mercier, est remarquable aussi bien par son implication dans la recherche en train de se faire que par ses lectures et par ses commentaires qui en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’oeuvre de Jean Copans ouvre parfaitement une voie originale et durable, pour comprendre le sens du contemporain en anthropologie.

Les contributeurs au volume, auteurs internationalement reconnus, Maurice Aymard, Momar-Coumba Diop, David B. Coplan, Gérald Gaillard, Ingolf Diener, Laurence Espinosa, Frederick Cooper, Paul Diedhiou, Gaye Da é, Nicolas Monteillet, Cheikh Anta Babou, Pascal Depoorter, Patrice Yengo, Julien Bondaz, Laurence Boutinot, Christophe Baticle, Jean-Bernard Ouédraogo, Benoît Hazard, Abel Kouvouama et Pierre Bouvier proviennent de disciplines variées, de di érentes générations de chercheurs et d’horizons géographiques multiples. Au fil des pages se dévoile l’étendue des travaux de Jean Copans, depuis ses premières recherches sur les nationalismes et la «­mouridologie­», en passant par la classe ouvrière en Afrique (noire), ses engagements sur les sécheresses de 1973, jusqu’à ses réflexions sur la sociologie politique et sur les intellectuels en Afrique. Sans céder au tropisme de l’inventaire, l’ouvrage reprend les observations de ce chroniqueur avisé et analyste pertinent des tumultes du temps présent pour comprendre
ses prises de position, parfois hétérodoxes, dans l’exercice d’une anthropologie attentive aux tensions entre l’unité théorique de la discipline, l’éclatement des objets, des terrains, et de ses définitions.


 



Citer ce billet
Benoit Hazard (2021, 29 avril). Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain. Hommage à Jean Copans. Anthropo-scènes. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b85x

Benoit Hazard

Benoit Hazard mène des recherches sur les anthropo-scènes d’Afrique et de l’ailleurs. Initiées à partir d’enquête sur les interactions entre les sociétés pastorales, les politiques de conservation des ressources naturelles et les dynamiques des paysages (artificalisés compris) dans les situations de transitions écologiques des zones arides et semi arides du rift kenyan, ces recherches s’articulent autour d’une question : Comment les modes d’administration de la nature et les grands investissements (projet LAPSET, découvertes d’aquifères, etc.), orientés vers l’extraction des ressources, reconfigurent les frontières bio culturelles des paysages pastoraux dans la vallée du rift kenyan? Ces recherches s'appuient principalement sur deux ensembles ethnographiques consacrés d'une part, aux "paysages d'eau" et à l'invention d'une "eau moderne" chez les Gabra du désert du Chalbi (Nord Kenya) ; et d'autre part, à l'étude des changements socio-écologiques engendrés par la transition énergétique dans les "communautés" maasai de la Vallée centrale du Rift (Olkaria). Mes recherches font l’hypothèse que ces mutations peuvent être appréhendée comme des anthropo-scènes africaines, c’est-à-dire, des situations où de nouveaux modes de partage ou d’appropriation de l’espace et des ressources se traduisent par de nouveaux modes de catégorisation de l’humain, de la nature et des ressources. Les situations ethnographiées s’inscrivent à la fois dans le projet d’une anthropologie critique de l’anthropocène et d’un moment épistémologique qui tend à reconfigurer l'anthropos, et à fortiori le projet anthropologique.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search