Anthropo-scènes

« Y-a-t-il quelque part où je puisse parler de la nature, c’est–à-dire de nous-mêmes? »

E. Burtynsky, Manufactured landscapes, 2006.

Antropo-scènes est un carnet de recherches consacré à l’anthropocène, à ses déclinaisons et ses réappropriations dans l’épistémologie des sciences sociales. Ce carnet explore la compréhension d’objets et de situations localisées, territorialisées, et de configurations qui mobilisent de nouvelles approches théoriques et conceptuelles dans la compréhension des changements environnementaux d’échelle globale.

Construire la critique de l’environnementalisme global

Posé comme une alerte environnementale ouvrant à une prise de conscience globale des enjeux écologiques à l’échelle planétaire, le terme d’anthropocène s’est rapidement propagé comme un discours des politiques publiques et comme un paradigme scientifique transdisciplinaire à l’œuvre dans des domaines aussi variés que les sciences de l’environnement, les sciences sociales et les humanités. S’il résulte d’une longue gestation dans l’histoire des sciences du système terre, ses conclusions – une humanité générique dont l’agentivité est au cœur du récit de terra formation et de son désastre – , demeurent au cœur de nombreux débats et présentent une scène de controverses scientifiques et épistémologiques : tout d’abord , dans les domaines disciplinaires qui l’ont engendré, ensuite dans la recherche en sciences sociales désormais situées dans l’orbite de sciences du système terre. Alors que nombre de chercheurs y voient l’expression d’un a-cosmisme politique qui dilue la responsabilité des désastres environnementaux dans une humanité générique, l’anthropocène porte aussi les risques d’un « brouillage scientifique » induits par une transdisciplinarité souvent confuse, ou encore la construction paradoxale d’un rapport à l’histoire à partir d’une ère géologique définie comme une unité de classification de l’époque dans laquelle nous vivons. Pourtant, l’anthropocène s’est imposé comme un environnementalisme global, c’est-à-dire une forme de gouvernementalité des hommes et de la nature, dont l’élaboration est connexe à la fois à l’émergence d’un référentiel environnemental d’échelle global (les grandes conférences internationales sur le climat, la biodiversité, etc. ) et à l’ancrage de la réflexion écologique dans le domaine des sciences de la terre et de ses géosciences. Fondé sur les mésusages d’un monde fini découvrant sa finitude, ou un dérèglement du système terre, cette gouvernementalité prône la possibilité de maîtriser la trajectoire future du « vaisseau terre » par le recours à des socio-techniques inspirées de la géo ingénierie.

Les anthropo-scènes

Anthropo-scènes suggèrent une autre manière d’aborder les changements socio-écologiques, de manière localisée et empirique, dans un ensemble de paradigmes existants qui se proposent comme des dépassements de la dichotomie nature culture de la modernité tardive. S’il s’agit de documenter et de décrire par les multiples scènes (extractives, pollution, destruction de la biodiversité, etc.) où se joue la « destruction de l’image du globe », cette problématique n’épuise cependant pas les possibilités ouvertes par l’heuristique des « anthropo-scènes ». Les recherches présentées et discutées dans ce blog interrogent aussi un nouveau monde, autrement dit comment l’anthropocène comme forme de gouvernementalité reconfigure les frontières de l’anthropos, les figures de l’humain et les éléments de nature. En ce sens, il s’agit de prendre en compte la manière dont les solutions, l’exploration et la création de nouveaux types de ressources, se traduisent, non pas seulement par le constat d’une voracité destructrice, mais par l’émergence de propriétés, liées à la situation anthropocènique.

Ce blog dédié aux changements environnementaux s’appuie sur des projets collaboratifs, interdisciplinaires, mis en œuvre dans différentes parties du monde (Afrique, Europe, Asie, Asie du Sud-Est). Différents travaux de terrain, d’ateliers et de symposiums dédiés à la recherche interdisciplinaire empirique sur la conservation, les moyens de subsistance, la durabilité, l’énergie, la gestion des forêts et de l’eau, nous mènent à la conviction que la façon dont nous définissons l’approche interdisciplinaire trace elle-même les frontières de l’interdisciplinarité, et, in fine, la façon dont nous considérons les relations entre l’homme et la nature. Anthropo-scènes suggère la nécessité d’ouvrir un espace de diffusion des connaissances et des recherches empiriques produites dans ce cadre interdisciplinaire tout en maintenant fermement le cap d’une épistémologie des sciences sociales.

Continuer la lecture de « Anthropo-scènes »

Compte-rendu de l’atelier de l’anthropocène 2020-2021.

L’atelier propose une relecture des thèses de l’anthropocène à l’aune des multiples sources et scènes de l’écologie sociale depuis l’écologie des pauvres à l’écoféminisme en passant par les thèses dites « éco socialistes ». En 2020-2021, l’anthropo-scène des dynamiques historiques et des périmètres de ce que l’on pourrait appeler « l’écologie sociale » a retenu notre attention. Nombre de mouvements sociaux récents (Extinction rebellions, Zad, Gilet jaune, etc.) placent les questions d’écologie globale au cœur de leur agenda, tout en contestant les solutions géocratiques et technologiques de l’anthropocène. Pour comprendre ces métamorphoses au cœur des mouvements sociaux, l’atelier met en œuvre une méthode qui croise l’histoire des idées écologistes et l’histoire sociale. Exposée au cours des trois premières séances, cette méthode nous conduit à poser une distinction conceptuelle fondamentale entre : d’un côté, l’environnementalisme, c’est-à-dire une forme d’administration de la nature et des hommes qui se fonde sur l’émergence d’un droit global de l’environnement et qui se décline à travers une variété de socio-techniques (conservation de la nature, marché du carbone) ; et de l’autre, le courant de la justice environnementale qui résulte des conflits écologico-distributifs suscités par cet évangile de la modernité tardive. En s’appuyant sur l’ethnographie de conflits contemporains (Géothermie au Kenya, Gilet Jaune en France, les jardins ouvriers de la banlieue parisienne), B. Hazard & P. Farbiaz ont montré comment surgit une « écologie des pauvres » dans le contexte de la transition énergétique. L’atelier consacré à J. Martinez Alier permet de situer ces conflits dans le paradigme de l’éco-efficacité qui tend à mettre la nature au service de l’économie, plutôt que de considérer l’incommensurabilité des valeurs comme principe de l’écologie politique. Dans une histoire des rapports entre l’écologie savante et l’écologisme, Ph. Peltier est revenu sur les tensions entre « naturalisme » et la « nature comme champ de bataille du social. A partir des usages fait de la notion de « milieu », d’expressions plus récentes comme la « collapsologie », le « survivalisme », il montre que ces tensions sont au cœur de la fondation de l’écologie scientifique comme discipline autonome. Il met en évidence des « courants de l’écologie » qui procèdent d’une naturalisation autant que d’un acosmisme politique. Ces courants invitent à situer de l’écologie dans des pensées de l’écologie, comme par exemple, la triade formée par E. Reclus, Kropotkine et Metchnikoff. Dans une autre perspective, la relecture des travaux fondateurs de l’écologiste Rachel Carson (Silent spring) et leur réception, en particulier en Afrique du sud, ont conduit l’atelier à s’interroger sur l’universalité des discours environnementalistes en tant que d’une part, ils émanent d’une vision de l’écologie scientifique situé dans les pays du nord, et que d’autre part, la constitution de l’écologie scientifique s’inscrit dans la construction d’un savoir impérial. La séance d’hommage rendu à G. Guille-Escuret a permis d’approfondir cette question des « sociétés et de leurs natures » et d’établir des rapprochements entre le projet de l’écologie humaine et celui de l’écologie sociale. Dans un troisième temps, l’atelier s’est penché sur l’anthropologie des mouvements qui donnent à voir la nature comme champ de bataille. D’une part, les participants ont mis en place deux enquêtes collectives, l’une sur le site de la raffinerie de Grandpuits, et l’autre sur les Jardins ouvriers d’Aubervilliers, qui illustrent des luttes pour la justice environnementale. Ces enquêtes ont fait l’objet de séances de restitutions, de publications et de mise en discussions à partir d’autres configurations, comme celle des mouvements néo-ruraux du Diois (I. Snikersproge), ou celle de « l’autonomie politique » dans les mouvements Zadistes » (S. Bulle). L’ensemble dessine un objet social émergent assimilable à une « écologie politique radicale », ou de « rupture », dont le dénominateur est de se construire sinon comme un anti-environnementalisme, tout au moins comme des alternatives à celui-ci.

Publications et travaux liés au séminaire :

https://anthroposcene.hypotheses.org/atelier-de-lanthropocene-seminaire

Article de presse :

Benoit Hazard Les raffineurs de Grandpuits : une lutte dans une écologie de survie. L’humanité, 2021.

L’Éden se trouve-t-il en Afrique ?

Débat autour de l’ouvrage de G. Blanc, L’invention d’un colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Eden Africain.

Pour réécouter le séminaire, le lien se trouve sur la page de CAKtus (ci dessous) :

L’Éden se trouve-t-il en Afrique ?

À l’occasion de la sortie de L’invention du colonialisme vert. Pour en finir avec le mythe de l’Éden africain (Paris, Flammarion, 2020) de Guillaume Blanc (Université Rennes 2, Tempora, CAK), les débats du CAK invitent l’auteur à présenter cet ouvrage et à débattre avec deux discutants et l’ensemble de l’auditoire.

Auteur : Guillaume Blanc, présentation et éléments bibliographiques iciDiscutants : Julien Bondaz (Université Lumière Lyon 2, LADEC, CAK) et Benoît Hazard(CNRS, IIAC)

► La séance est ouverte à tous, sans inscription préalable.

► En raison de la situation sanitaire, cette séance se tiendra en ligne.

La mobilisation des jardins ouvriers, une lutte d’écologie populaire. (Marjorie Keters)

Matériaux pour l’enquête

Le texte d’analyse militant présenté ci-dessous a paru dans les publications de PEPS, avant d’être publié dans lundimatin#272, le 26 janvier 2021. Autre Anthroposcène, la mobilisation des jardins ouvriers des vertus et de Pantin (Aubervilliers) rend compte de la manière dont des habitants des quartiers populaires de la banlieue parisienne conçoivent l’écologie et de comment ils luttent pour l’existence de la nature en ville face à la métropolisation du monde. Cet article de Marjorie Keters, militante du mouvement pour une écologie populaire et sociale, fait le lien entre l’éviction de représentations de la nature et l’exclusion des « pauvres » dans le processus en cours de construction des métropoles globales. En ce sens, M. Keters souligne comment un mouvement de défense de la nature en ville dévoile simultanément des processus d’invisibilisation de la mémoire ouvrière et des habitants des quartiers populaires qui habitent ces espaces. La mobilisation des jardins ouvriers appartient donc à cette catégorie des conflits écologico-distributifs, des écologies de survie, dans lequels la question écologique (la destructions des jardins) se noue à la question sociale (la destruction de l’humain) et qui résultent d’un environnementalisme global dans l’anthropocène. La métropolisation du monde est aussi une forme de gouvernementalité des hommes et des éléments de nature.

 

La mobilisation des jardins ouvriers, une lutte d’écologie populaire.

Il y a quelques années, les jardins ouvriers, situés loin du centre – ville au cœur des cités populaires n’intéressaient personne. Aujourd’hui, parler d’écologie est à la mode. Mais il y a une confusion entre jardins ouvriers, jardins familiaux, jardins partagés et jardins d’agrément. Or, ces différents jardins ne sont pas destinés au même public et n’occupent pas la même fonction. La lutte pour la défense des jardins ouvriers est une lutte écologique mais aussi une lutte de classe : c’est une lutte d’écologie populaire et sociale. L’écho que rencontre la mobilisation des jardins ouvriers d’Aubervilliers et Pantin en est un signe. Continuer la lecture de « La mobilisation des jardins ouvriers, une lutte d’écologie populaire. (Marjorie Keters) »

Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain. Hommage à Jean Copans.

Vient de paraitre chez Ibidem :

Jean-Bernard Ouedraogo, Benoit Hazard, Abel Kouvouama. Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain. Hommage à Jean Copans. Ibidem-Verlag, 2021.

Les écrits réunis dans cet ouvrage visent à scruter l’oeuvre de Jean Copans dans une histoire du temps présent (sans présentisme aucun), à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. Auteur, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue reconnu, collaborateur, lecteur et contributeur dans la vie des revues (L’Homme, Cahiers d’études africaines, Politique africaine, Current Anthropology), chercheur français présent sur les lignes de fronts du dialogue avec l’anthropologie nord-américaine, la contribution scientifique de Jean Copans, élève de Georges Balandier et disciple intellectuel de Paul Mercier, est remarquable aussi bien par son implication dans la recherche en train de se faire que par ses lectures et par ses commentaires qui en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’oeuvre de Jean Copans ouvre parfaitement une voie originale et durable, pour comprendre le sens du contemporain en anthropologie.

Continuer la lecture de « Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain. Hommage à Jean Copans. »

Grandpuits : les raffineurs face à l’écologie de survie.

Melun. 18 février 2021. Les sirènes d’un accident de type Seveso résonnent dans la ville. Les explosions proviennent de la raffinerie de Grandpuits. Dans la brume rougeâtre, au milieu des hommes gisants sur la place de la DIRRECTE, un raffineur crie aux secours qui ne viendront pas : « Vite les pompiers ! Des pères de familles sont par terre. ». Il fait l’appel au mégaphone, comme le porion égrène les noms de ceux restés sur le carreau : « Paul ? Mort au travail. Youri ? Mort à 5 ans de la retraite. David ? Suicide après un divorce, trois enfants. Baptiste ? Vendu. Jean-Luc ? Total m’a tué… ». De cette simulation digne d’un Lubrisol bis, Adrien conclut : « voilà ce que ça veut dire un plan social. Voilà comment ça va finir…»

Continuer la lecture de « Grandpuits : les raffineurs face à l’écologie de survie. »

Claude Calame, Avenir de la planète & urgence climatique : au-delà de l’opposition nature/culture, éditions Lignes, 2015.

Note de lecture de Jeanne Forissier, Master EHESS, juin 2016. 

(Contact : jeanne.fgds@ehess.fr)

Publié lors de la COP 21 de Paris en 2015, l’essai “Avenir de la planète & urgence climatique : au  delà de l’opposition nature/culture” de Claude Calame nous invite à aborder la crise écologique d’une manière innovante. En s’ouvrant à d’autres conceptions de « l’être-au-monde », Claude Calame s’interroge sur les rapports des hommes avec leur environnement. Il s’agit de dépasser la représentation dichotomique qui sépare la nature de la culture. L’auteur nous permet par la même occasion d’observer les fondements constitutifs des cadres de pensées qui mettent en lumière les interactions entre la nature et la culture, sans oublier de proposer des outils de réflexion et d’analyses alternatifs.

Premièrement, nous verrons comment Claude Calame déconstruit les conceptions de la nature et de la nature humaine pour introduire la pertinence du terme de « milieu ». Cette approche qui intègre les notions de perméabilité et d’interaction nous montrera comment la culture ne peut être conceptualisée sans cette nature perçue comme milieu. Une seconde partie observera l’analyse de Calame sur les manières « d’être-au-monde ». Après s’être penchés sur les arts techniques et interprétatifs, nous verrons les modalités qui amènent les lectures du monde à être constitutives de l’homme et de son environnement-milieu. Les usages implicites de ces arts pointés par Calame seront expliqués pour déconstruire le paradigme néolibéral capitaliste puis exposer l’approche proposée par l’auteur. Nous finirons sur une brève analyse des apports de cet essai à la notion de l’anthropocène. Continuer la lecture de « Claude Calame, Avenir de la planète & urgence climatique : au-delà de l’opposition nature/culture, éditions Lignes, 2015. »